LIVRE. Les principaux Etats de l’OCDE, surendettés, essoufflés économiquement, fragilisés par leur ” modèle social “, sont confrontés à l’un des plus formidables défis de leur politique économique. Comment concilier en effet, pour répondre aux demandes contradictoires des marchés, l’incontournable impératif de rigueur et ses effets récessifs, avec l’exigence de relance, source de dépenses nouvelles, mais passage obligé d’un surplus de croissance et de marges de manoeuvre budgétaires ? Comment éviter ce piège de l’hésitation, d’un nouveau dilemme de Buridan qui nous conduirait vers la ruine, en transmettant aux générations futures la charge du prix à payer pour notre laxisme ?

S’inspirant des leçons que l’on peut tirer de la célèbre lettre au roi de Turgot, les experts du Cercle proposent avec Nicolas Bouzou un diagnostic sans concession, qui met en lumière les véritables enjeux d’un endettement public excessif, ainsi que les parts d’irrationnel et de réalité dans les peurs qu’il engendre. Les auteurs proposent ensuite des voies de passage originales dans la résolution de cette quadrature du cercle synthétisée par le néologisme de Christine Lagarde : la “rilance”. Mais rien ne se fera sans ambition pour la France, sans courage politique et sacrifices douloureux. Le temps de l’action est venu.

La contribution personnelle de Mickaël à ce livre, « Comment préserver l’équité entre générations lorsque l’on réduit la dette publique ? », traite des mesures fiscales et budgétaires d’assainissement des finances publiques  qui permettraient un transfert intergénérationnel vers les ménages les plus jeunes. Cette contribution, rédigée à la fin 2010, a nourri les réflexions à la base de l’ouvrage Les générations déshéritées paru en 2012.

Rigueur ou relance ? Le dilemme de Buridan, ou la politique économique face à la dette (par le Cercle Turgot), Editions Eyrolles, 2011, 216 pages