effet janvier grapheLes investisseurs particuliers qui cherchent du rendement feraient bien de parier sur une progression des petites valeurs cotées en Bourse en janvier. C’est ce que nous explique Mickaël Mangot, enseignant à l’ESSEC et président de BEFI Consulting, société de conseil en finance comportementale.

Challenges : Vous assurez qu’il est très intéressant de miser sur les petites entreprises en Bourse en janvier. Pourquoi ?

Mickaël Mangot : Il a été observé depuis plusieurs décennies que les actions des petites entreprises avaient tendance à afficher des performances en moyenne très positives entre le début et la fin du mois de janvier. La hausse de ces titres est significativement supérieure à celles des actions de grandes entreprises, sans qu’il y ait pour autant d’informations particulières justifiant cet écart de performance.

Est-ce vrai partout dans le monde ?

Le phénomène a été observé dans de nombreux pays, qu’ils fassent partie des marchés développés ou émergents. Par exemple, j’ai cherché à quantifier l’écart de performance entre petites et grandes capitalisations sur différents marchés en janvier depuis la fin des années 1990. J’ai à chaque fois pu observer une surperformance des petites entreprises par rapport aux grandes. L’effet n’a toutefois pas la même amplitude dans tous les pays. La très bonne performance des petites capitalisations est statistiquement significative dans certains pays alors qu’elle ne l’est pas dans d’autres. Et c’est en France qu’elle atteint le niveau maximal. Sur les dix-sept dernières années, les petites capitalisations françaises ont en moyenne enregistré une hausse de 3,7% sur le seul mois de janvier. Soit plus de 55% en rythme annualisé !

Lire la suite sur Challenges.fr